MedWetCoast Project for conservation of Wetlands and Coastal Ecosystems in the Mediterranean Region MedWetCoast Project for conservation of Wetlands and Coastal Ecosystems in the Mediterranean Region
Last Project News
Presentation
Project Components
Photos Gallery
Contact
  Saturday 10th of December 2016
Search    
   
Home
presentation
Last Projects News
International Info
Project component
Net expert
Archives
Find a job
Forum
Links
Newsletter
Contact
Publication
Project Documents
Sites Diagnosis report
Training Reports
Management Plan Reports
Regional Networking and Documenting
Partners
Atelier Technique des Espaces Naturels [ATEN]
view all partners
Member access
Login




Management plan report
Etude des plans de gestion du site de Oued Laâbid - Dar Chichou
Wednesday 15 October 2003, by Web Team

(JPEG) Dans le cadre du projet actuel de « conservation des zones humides et des écosystèmes côtiers dans la Région méditerranéenne », les principaux objectifs à long terme assignés à ce projet et qui ont guidé le processus d’élaboration du plan de gestion propre au site du Oued Laâbid - Dar Chichou sont :

- Assurer la conservation de la biodiversité terrestre d’importance reconnue à la forêt relictuelle qui ne représente plus actuellement que quelques lambeaux isolés de taille très variable mais parfois bien conservée à l’instar de l’oxycédraie arborée de Port au Prince.
- Assurer la pérennité des habitats naturels des espèces rares, endémiques et remarquables inféodée à la forêt, au maquis, aux dunes, aux lisières et aux clairières, ainsi que celles rencontrées dans les oueds traversant la zone. Il s’agira également protéger la mosaïque diversifiée d’habitats propices à l’établissement permanent ou temporaire d’une avifaune très diversifiée.
- Engager le développement de techniques de gestion adaptées aux milieux forestiers côtiers et reproductibles au niveau du sud de la méditerranée.
- Etablir un dispositif de gestion permettant d’assurer la cohérence d’une gestion durable, associant les partenaires et la société civile dans la prise en compte de la protection du site.
- Mettre en œuvre un processus de valorisation du site, basé sur ses valeurs archéologiques, historiques et culturelles.

NUISANCES ET MENACES EXISTANTES

- Pression humaine
(JPEG) Le site de Oued Laâbid présente une problématique complexe quant aux nuisances d’origine anthropique. Ces nuisances sont d’origines diverses et trouvent souvent leur source dans l’histoire mouvementée qu’a connu le site. A l’état actuel, la précarité des conditions de vie et le faible niveau des revenus poussent les populations démunies de capital sol à développer des stratégies échappatoires, dont la pierre angulaire se trouve dans la pluri-activité et particulièrement dans l’exploitation illicite et non réglementée des ressources disponibles. Ce constat s’applique spécialement à la zone de Mornaguia - Port au Prince.

Les menaces pesant du site de Oued Laâbid sont de deux ordres. Le premier est relatif à la proximité de plusieurs agglomérations : en fait, les terroirs agricoles de ces localités se prolongent jusqu’à la lisière de la forêt de Oued Laâbid et parfois même, les habitations se trouvent en bordure de forêt. Cela peut favoriser des pratiques difficilement contrôlables par les agents forestiers. Le deuxième facteur est plutôt historique : comme signalé dans les autres chapitres, l’occupation historique des terres - aujourd’hui reboisées - et qui constituent la plus grande dernière pratique -le charbonnage- est une menace quasi permanente pour le site dans la mesure où elle risque de déclencher des incendies difficilement maîtrisables en raison de la difficulté d’accès à certaines zones du site.

- Surpâturage
L’élevage caprin constitue une activité qui garanti aux populations une rentabilité conséquente par rapport au faible investissement de départ. La présence de troupeaux importants notamment dans la zone de Mornaguia est l’illustration d’un mode de production précaire, basé sur la surexploitation du peu de ressources disponibles. Ce type d’élevage représente sans doute l’une des nuisances les plus graves dans cette région (de la partie Sud de la forêt de Oued Laâbid jusqu’aux abords de Port au Prince).

- Prélèvements directs et charbonnage
D’autres activités nuisibles pour la biodiversité et l’équilibre de l’écosystème sont présentes sur le site. Elles sont pour la plupart en relation avec la faiblesse des revenus, dans la mesure où elles sont pratiquées dans un but commercial. Parmi celles-ci, le prélèvement direct du palmier nain et des roseaux, ainsi que le charbonnage clandestin constaté dans la région de Zaouiet Magaïez et de Bir Jeddi et qui offrent à quelques familles un revenu d’appoint. Cette dernière pratique -le charbonnage- est une menace quasi permanente pour le site dans la mesure où elle risque de déclencher des incendies difficilement maîtrisables en raison de la difficulté d’accès à certaines zones du site.

- Défrichement du maquis littoral
Le phénomène de défrichement du maquis littoral se développe depuis quelques années. Suite logique d’une série de revendications foncières restées sans réaction officielle de la part de l’administration, les présumés héritiers (des terres reboisées dans le cadre du programme de lutte contre l’ensablement) passent progressivement à l’acte. Ainsi, seule une médiation qui tienne compte des intérêts paysans pourra infléchir le phénomène.

- Déchets solides
Outre les nuisances causées par la population locale, d’autres types de nuisance plutôt exogènes sont présentes sur le site. Ainsi, en période estivale, un volume extrêmement important de déchets solides est déposé régulièrement par les estivants sur les plages accessibles comme celle de Rtiba. Le phénomène en question relevant d’une culture environnementale, ne sera maîtrisé rapidement que par des mesures draconiennes de contrôle et de pénalisation, nécessitant des moyens matériels et humains importants.

- Chasse illicite
La faune de la forêt de Oued Laâbid souffre aussi de la chasse illicite du gibier d’eau, d’oiseaux chanteurs et de caméléons, réputés pour leurs facultés curatives voire « magiques ». La chasse du gibier en dehors des saisons de chasse et des zones autorisées, ainsi que le prélèvement de quelques espèces tel la tortue sont des activités vraisemblablement présentes. Bien que l’estimation des dégâts en terme quantitatif, est quasi impossible, il est indispensable, à côté des activités de sensibilisation des populations fréquentant la forêt, de rendre plus systématique l’application de la réglementation à cet égard.

- Pêche non réglementée
La pêche non réglementée est une activité présente sur les côtes de Port-au-Prince et Oued Laâbid, bien que l’activité halieutique ne soit pas très développée en raison des vents forts qui prédominent à longueur d’année et qui représentent un danger permanent notamment pour les petites barques de pêche. La pêche aux poulpes plutôt « agressive » (immatures), est l’une des activités que les artisans pêcheurs ont pu développer sur tout le littoral de Oued Laâbid. Cette pratique est sans doute l’alternative que les communautés locales ont conçu pour contourner les conditions climatiques difficiles et l’obsolescence des rares embarcations de pêche. Une application plus stricte de la réglementation suffirait normalement à éradiquer ce genre de pratique.




plans de gestion du site de Oued Laâbid - Dar Chichou
Zip - 904.1 kb



> Printable version of this page






Medwetcoast Presentation
Référencement gratuit Contact Webmaster - Liens