MedWetCoast Project for conservation of Wetlands and Coastal Ecosystems in the Mediterranean Region MedWetCoast Project for conservation of Wetlands and Coastal Ecosystems in the Mediterranean Region
Last Project News
Presentation
Project Components
Photos Gallery
Contact
  Thursday 08th of December 2016
Search    
   
Home
presentation
Last Projects News
International Info
Project component
Net expert
Archives
Find a job
Forum
Links
Newsletter
Contact
Publication
Project Documents
Sites Diagnosis report
Training Reports
Management Plan Reports
Regional Networking and Documenting
Partners
Station Biologique LA TOUR DU VALAT
view all partners
Member access
Login




Management Plan Report
Etude des plans de gestion des écosystèmes lagunaires de Maamoura à Kelibia : Phase 1
Wednesday 15 October 2003, by Web Team

La présente étude du plan de gestion des écosystèmes lagunaires de la presqu’île du Cap-Bon oriental s’inscrit dans le cadre du projet Medwetcoast de conservation des zones humides littorales et des écosystèmes côtiers dans le bassin méditerranéen. Ce projet est le fruit des efforts entrepris par les différents pays pour la préservation de la biodiversité et des habitats naturels face à la pression croissante des activités économiques exercées sur le littoral. Il concerne six pays méditerranéens, à savoir la Tunisie, le Maroc, l’Egypte, la Palestine, le Liban et l’Albanie.

Ce projet qui a démarré en Octobre 1999 est géré par l’Agence de Protection et d’Aménagement du Littoral (APAL) et concerne quatre sites de la péninsule du Cap-Bon :
- les forêts de Dar Chichou et l’estuaire de Oued Laâbid ;
- la montagne d’El Haouaria ;
- l’Archipel de Zembra ;
- les lagunes du Cap-Bon oriental.

Les principaux objectifs du projet sont :
- de promouvoir le développement de politiques nationales et de capacités d’intervention permettant de s’attaquer aux causes profondes de la dégradation de la biodiversité dans les zones côtières et humides ;
- d’entreprendre des actions de conservation urgentes de la biodiversité d’importance internationale par la protection et la gestion de sites spécifiques ;
- de renforcer la capacité des gouvernements, des administrations locales et des associations pour développer la conservation des zones côtières et humides et la concertation avec la population et les usagers.

Le Cap-Bon oriental présente le long de ses 50 km de littoral une configuration variée et des ressources naturelles importantes. Cependant, ce littoral n’est pas sans faiblesses et il souffre de différentes formes de dégradation générées par le développement urbain et la concentration des activités socio-économiques. Le système lagunaire de la presqu’île du Cap-Bon objet de la présente étude couvre une superficie d’environ 450 ha et se compose essentiellement des sebkhas de Tagdimane, Tafekhsit, Bit El Assa, Lebna, El Gharbi, Chott Ech-Cherki, El Bkir, Gsar Ghaleb, Chott Ezzouhour, Korba, Tazerka, Sidi Ahmed Ben Daoued.

Diverses institutions sont concernées par la préservation de ces milieux et qui méritent d’être engagées d’une façon opérationnelle dans la réalisation du programme de conservation. L’arrondissement des forêts (faune et flore), les cellules territoriales de vulgarisation agricole (pratiques agricoles), les services fonciers (délimitation), les services de l’APAL (occupation des plages), les services municipaux (l’hygiène et l’aménagement urbain), les services de l’ONAS (les eaux usées).

La collaboration avec ces institutions mérite d’être renforcée tout en associant les populations cibles pour parvenir à une solution durable aux problèmes de dégradation de ces milieux et régression de leur biodiversité.

Le projet MedWetCoast a déjà bien identifié les causes de détérioration de la biodiversité et a entrepris en partenariat avec quelques institutions des programmes visant à réduire les effets de ces causes tout en agissant en faveur d’une plus grande conscientisation des parties prenantes.

Les principales actions réalisées portaient sur :
- l’installation de clôtures filtrantes en branchage le long des bordures des marges des zones humides ;
- le démarrage d’un programme de clôture des zones humides par des plantes vertes ;
- l’enlèvement des dépôts de déchets solides entassés dans les divers sites par les collectivités locales et les industriels ;
- la conclusion d’accord avec les collectivités locales pour arrêter de décharger les ordures dans les zones humides ;
- le gardiennage des zones par des agents de contrôle contre les décharges illicites , le pâturage et le braconnage ;
- le soutien des éleveurs par des aliments de bétails en compensation de leur cessation d’utilisation des zones humides en tant que terre de parcours ;
- l’organisation de séances d’animation avec les populations riveraines et avec les responsables des institutions locales ;
- la préparation des études diagnostiques de l’état de la biodiversité dans les zones humides.

La structure de gestion mise en place comprend un conseil consultatif à l’échelle du gouvernorat formés des représentants des diverses directions régionales des ministères techniques, de l’APAL, des communes et des délégués.

L’équipe technique est ainsi constituée :
- un coordinateur local pour toutes les zones humides littorales ;
- deux ingénieurs superviseurs de zones (un pour la zone de Mida, Menzel Témime et Kélibia et l’autre pour Korba et Beni khiar ;
- un ingénieur adjoint assistant du coordinateur ;
- trois contrôleurs répartis à travers la zone.

Les activités menées à ce jour sont très appréciées par la population et les institutions locales malgré la manifestation de quelques résistances concernant la vocation d’aires protégées données à ces zones par le projet En effet des municipalités revendiquent une portion de ces zones pour les inclure dans leurs plans d’aménagement, des éleveurs poursuivent le pacage dans ces terres et les agriculteurs continuent à grignoter quelques parcelles sur les marges et à utiliser des produits chimiques etc.

L’élaboration de l’étude du plan de gestion de ces écosystèmes lagunaires se déroulera en 3 phases successives :
- une première phase relative à l’analyse des potentialités et des contraintes et à la proposition de scénarios de gestion ;
- une deuxième phase relative à l’élaboration du plan d’aménagement et du schéma de gestion détaillé ;
- une troisième phase d’élaboration des dossiers d’appel d’offres pour la réalisation des travaux retenus.

Le présent rapport de première phase comporte une synthèse des informations issues des études de diagnostic et les premiers résultats de la démarche participative.

Sur la base de ces approches, des scénarios d’aménagement et de gestion sont présentés, accompagnés d’une étude sommaire de leurs impacts environnementaux et d’une estimation sommaire des coûts des aménagements projetés.




PdG écosystèmes lagunaires de Maamoura à Kelibia
Zip - 191.1 kb



> Printable version of this page






Medwetcoast Presentation
Référencement gratuit Contact Webmaster - Liens