Rapport d’analyse de la faune
Etude sur les invertébrés terrestres des sites concernés par le projet

March 2002

par Web Team

La faune des invertébrés terrestres est extrêmement diversifiée tant sur le plan des groupes taxonomiques que sur celui de la richesse spécifique. En effet, au niveau de chaque site, ce sont des centaines de taxons qui sont présents, demandant des techniques d’échantillonnage souvent spécifiques à chaque groupe et une détermination au laboratoire individu par individu. Cette détermination, pour la majorité des groupes, nécessite le recourt à un spécialiste, quand il existe, avec des délais de détermination incompatibles avec la durée impartie à l’expertise. De plus, la systématique de plusieurs groupes est actuellement méconnue et l’absence de spécialiste ou d’une révision récente ne permet pas d’attribuer un nom suffisamment correct à de nombreux individus.

Il est donc totalement impossible d’établir, pour chaque site, un inventaire prenant en compte l’ensemble de cette faune, même si celui-ci se réduit aux taxons remarquables.

Nous nous sommes donc limités à la classe des insectes dans laquelle nous n’avons pris en compte que l’ordre des Coléoptères et celui des Lépidoptères. Pour le premier, seules quelques familles sont traitées. Il s’agit de familles dont nous pouvons déterminer les spécimens nous même ou pour lesquelles nous avons des contacts étroits avec un spécialiste suceptible de traiter rapidement nos échantillons. De plus, nous disposons déjà, pour ces familles, de données récentes soit dans la littérature soit dans nos fichiers personnels. Sont ainsi pris en compte l’ensemble des familles de Caraboidea et de Scarabaeoidea ainsi que les Tenebrionidae, Cerambycidae et Curculionidae. Pour les autres familles de coléoptères nous avons cependant signalé les citations récentes d’espèces des sites issues de la littérature ou de nos relevés personnels.

Bien que nous n’ayons que des données extrêmement fragmentaires sur les Lépidoptères nous avons néanmoins pris en compte ce groupe vu l’importance qu’il a du point de vue biodiversité, espèces menacées et/ou sensibles aux modifications du milieu et pour sa valeur de bioindicateur.

Le choix des familles de coléoptères traitées a donc été fait sur des caractères empiriques: spécialité du consultant, contact avec des spécialistes, données existantes dans la littérature, etc. Néanmoins, les groupes retenus correspondent à des familles soit caractéristiques des milieux et à forte biodiversité (Carabiques par exemple), soit à des familles pouvant contenir des ravageurs (Cerambycidae et Curculionidae) ou dont la biodiversité, partiellement indépendante des biotopes locaux permet une comparaison intersites (Scarabéides coprophages par exemple), soit à des familles à fort taux d’endémisme (Ténébrionides ou Scarabéides phytophages).

Par ailleurs, l’ensemble de ces familles couvre les différents maillons de la chaine trophique (phytophages, carnivores, recycleurs).

Web Team

P.S.
-  Rapport rédigé par Chavanon G.