MedWetCoast Project for conservation of Wetlands and Coastal Ecosystems in the Mediterranean Region MedWetCoast Project for conservation of Wetlands and Coastal Ecosystems in the Mediterranean Region
Last Project News
Presentation
Project Components
Photos Gallery
Contact
  Thursday 08th of December 2016
Search    
   
Home
presentation
Last Projects News
International Info
Project component
Net expert
Archives
Find a job
Forum
Links
Newsletter
Contact
Publication
Project Documents
Sites Diagnosis report
Training Reports
Management Plan Reports
Regional Networking and Documenting
Partners
Atelier Technique des Espaces Naturels [ATEN]
view all partners
Member access
Login




Un centre de recherche pour la protection des zones humides au Maroc
Monday 22 September 2003, by Web Team

Ayant pour mission de préserver l’écosystème des zones humides, le Centre marocain pour les zones humides - inauguré il y a moins d’une année- en est au stade du recrutement des experts.

C’est au sein du parc national zoologique de Témara que le centre marocain pour les zones humides a choisi de s’installer. Il s’agit d’un centre pionnier au niveau du Maghreb.

En effet, c’est dans ce coin - enfoui dans la végétation - que des études et des recherches en matière de protection et d’utilisation rationnelle des zones humides seront effectuées. Ce sont les menaces accrues qui pèsent sur ces zones qui ont poussé les responsables marocains à mettre sur pied cet établissement. Pour mener à bonne fin ses projets, le centre de Témara compte dans un premier temps organiser un atelier national auquel prendront part les acteurs concernés par la gestion et la préservation des zones humides ( ministère du tourisme, de l’environnement, de l’agriculture, l’environnement, l’agriculture, la pêche..).

Lors des travaux de cet atelier, le centre présentera son plan d’action pour les années prochaines et essaiera d’obtenir le consensus de tous les départements concernés autour de la gestion desdites zones. En outre, le centre compte mettre en oeuvre un projet d’éducation et de sensibilisation environnementale dans les sites où il y a pas de population usagère, c’est à dire les sites qui ne sont pas exploités par l’Homme. Des programmes scolaires régionaux seront élaborés de même que des films éducatifs seront produits à cette fin.

Par contre, dans les zones humides qui sont exploitées ( où il n’y a pas de population usagère) des projets visant à convaincre la population locale à l’importance de l’utilisation rationnelle de leurs ressources seront adoptés. Les responsables misent tout particulièrement sur la communication avec comme coeur de cible les leaders d’opinion locaux. L’objectif est de faire adhérer le plus grand nombre de gens aux recommandations du centre.

Par ailleurs, pour ce qui est du financement de cette nouvelle structure, il est assuré a hauteur de 66 % par la commission européenne ( 353 300 euros), le gouvernement marocain quant à lui versera quelque 150 750 euros, alors que la société espagnole d’ornithologie ( représentant de l’ONG Bird Life International et partenaires du département marocain des eux et forêts) versera 75 865 euros. S’étalant sur trois ans, ce projet de ce centre est le premier du genre dans un pays non communautaire.

Il faut reconnaître toutefois que la paternité en revient au Ramsar.

En effet, c’est cet organisme international qui était à l’origine de l’idée de mettre en place un centre Nord africain des zones humides englobant les pays du Maghreb. Mais cette idée a été vite abandonnée parce qu’il s’est avéré par la suite qu’il serait mieux de créer un réseau regroupant des centres implantés dans plusieurs pays du Maghreb. Le Maroc est pionnier à cet égard parce qu’il est le premier à se doter d’une telle structure. L’Algérie et la Tunisie n’ayant pas encore des structures similaires.

Au début quatre zones humides vont bénéficier des programmes d’action du centre, mais une cinquantaine pourraient y être intégrées.

Au bout de trois ans, le centre sera amené a exposé l’approche marocaine en la matière ainsi que les résultats de ses travaux dans le cadre d’un atelier nord-africain. S’il parvient à mener à bien ses projets, il aura gagné la confiance de ses partenaires européens et surtout il aura gagné le pari de réconcilier l’homme avec son environnement .

Centre National de Documentation







> Printable version of this page






Medwetcoast Presentation
Référencement gratuit Contact Webmaster - Liens